Il y a des siècles que je t'aime

Extrait

 

- Que s’est-il passé pour que vous vouliez absolument avancer notre rendez-vous ? demanda la psychologue lorsque Maxime s’installa dans le fauteuil.

- J’ai fait un rêve. J’espère que vous pourrez m’aider à l’interpréter. Un rêve si émotionnellement intense, que je jurerais que c’était réel.

- Racontez-moi.

- J’ai monté un escalier, qui m’a semblé interminable. Je savais qu’il fallait que j’y aille, je devais voir où il menait, c’était important. Soudain, en haut des marches, ma femme est apparue. Elle était là, devant moi, translucide dans une lumière vive et douce à la fois. J’étais d’abord incrédule, puis j’ai voulu courir à sa rencontre, mais mes jambes ne me portaient plus. Elle me souriait, rayonnante comme dans nos plus grands moments de bonheur. J’ai voulu la serrer dans mes bras, mais j’étais comme paralysé, incapable de bouger le moindre muscle, incapable de parler. Je ne pouvais que la voir, et sentir sa présence m’emplir. Elle m’a regardé dans les yeux et m’a dit : « C’était mon destin ; tu dois l’accepter. Tu dois passer outre, continuer à vivre sans moi. » Les larmes ruisselaient sur mon visage de chagrin et de frustration de ne pas pouvoir lui répondre, lui parler – lui crier mon amour –, et la toucher, enfin.  

- Qu’est-ce qui s’est passé ensuite ?

- Elle s’est éloignée – non pas en me tournant le dos, mais en s’effaçant de plus en plus. Aucun son ne sortait de ma bouche, mais tout mon être hurlait : ne me laisse pas, pas encore une fois ! Reste avec moi, je t’en prie… Elle ne m’a pas entendue, elle a…

- Prenez votre temps, Maxime.

- Excusez-moi. Ce rêve est encore si présent. C’était douloureux de ne rien pouvoir faire pour la retenir. 

- Cet escalier est représentatif de l’ascension dans une autre dimension – ou si vous préférez, on vous a autorisé à monter jusqu’au ciel pour la voir. Là, vous avez pu vous dire au revoir.

- Elle, oui ! Moi, je ne pouvais rien faire ! Si vous saviez tout ce que j’aurais voulu lui dire !

- Ce n’est pas parce que vous n’avez pas articulé ces mots qu’elle ne les a pas entendus, Maxime. D’ailleurs, quand elle vous a parlé, avez-vous vu ses lèvres bouger ?

- Je ne sais plus. J’ai entendu sa voix, c’est tout ce que je peux vous dire.

- Oui, mais peut-être l’avez-vous simplement perçue dans votre mental. Sur d’autres plans, la communication est plus subtile. Dans tous les récits traitant de NDE – d’expériences de mort imminente –, on décrit des moyens de déplacement et de communication instantanés.

- Je n’ai même pas pu la prendre dans mes bras pour lui dire au revoir !

- Vous étiez limité parce que vous êtes encore sur le plan terrestre, mais même si son âme vous est apparue sous la forme que vous avez connue, elle est pure énergie maintenant et vous n’auriez pas pu avoir de contact physique. Mais votre amour devait rayonner comme le sien, vous pouvez être sûr qu’elle l’a perçu.

- Je suis heureux d’avoir fait ce rêve, qui n’en était pas tout à fait un. Mais en même temps, j’en ressors terriblement frustré !

- Catherine vous encourage à continuer sans elle, à aller de l’avant, Maxime. Saisissez cette perche pour essayer de revivre, de redémarrer à neuf, sans pour autant l’oublier.

- Je ressens ce qu’elle m’a dit comme un abandon ! Comme si je pouvais refaire ma vie, comme ça ! Qu’est-ce qu’elle s’imagine ?

- Elle ne vit pas les choses de la même façon, là où elle est. Elle est libérée du plan émotionnel qui nous entrave sur terre.

- Oui, enfin les émotions, c’est ce qui nous fait vivre, quand-même ! Sans ça, on aurait du mal à avancer dans la vie !

- Vous avez parfaitement raison, ce sont les émotions qui nous font réagir. Et parfois excessivement, ce qui nous handicape. Votre femme n’a plus la même notion du temps que nous. Pour elle, les années qui vous séparent lui sembleront peut-être des heures. Le temps d’accomplir ce qu’elle a à faire.

- Et qu’est-ce qu’elle a à faire ?

- Vous savez, il n’y a pas que sur terre qu’on travaille. Disons qu’ici, on fait notre pratique, alors qu’entre nos vies, on apprend la théorie.

- Entre nos vies ?

- Croyez-vous en la réincarnation, Maxime ?

- Je me suis jamais vraiment posé la question.

- Que pensez-vous qu’il y ait après la mort ? Ne serait-ce pas frustrant s’il n’y avait rien d’autre ? Ça nous laisserait peu de temps pour progresser…

- Oui, c’est sûr.

- Alors que si on considère la possibilité que l’on ait une multitude de vies, pour vivre une multitude d’expériences différentes, ça laisse le temps à notre âme d’évoluer.

- Je suppose.

- Avec un lien aussi fort entre deux personnes que celui que vous avez avec votre femme, on peut penser que vous avez déjà vécu un certain nombre de vies ensemble. Et que vous en revivrez bien d’autres.

Quatrième de couverture

 

Maxime et Catherine forment un couple heureux,

dont l'amour est palpable. Lorsque Catherine

perd brutalement la vie, tout bascule. Mais la mort,

est-ce vraiment la fin ?

Pour Maxime, ce sera le commencement d’une

longue quête de vérité. A la fois sur les circonstances

du drame et sur le sens de la vie.

Un cheminement spirituel qui lui fera réaliser la

véritable nature de l’existence, et comprendre ce

qu’il lui reste à faire pour, un jour, la retrouver

et tout recommencer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible à la commande dans la boutique du site d'Enquêtes Spirituelles. Pour recevoir un exemplaire dédicacé, envoyez-moi un petit message via le formulaire de contact (dans l'onglet Services) !

© Vanessa Elisabeth Demouy 2019 Tous droits réservés. Site créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now